Cinq tendances de la vente et du e-commerce qui vont renforcer vos activités en 2016

Cinq tendances de la vente et du e-commerce qui vont renforcer vos activités en 2016

Au cours des dernières années, le commerce mondial a traversé des périodes tumultueuses et a vu le comportement des consommateurs évoluer selon de nouvelles tendances. À chaque étape, la technologie a façonné ces nouvelles habitudes et entraîné de meilleurs résultats. Les détaillants sous-estimant cette dure réalité feraient bien de garder quelques faits à l’esprit :

  • Dans le monde, les ventes au détail ont augmenté de 3 % en moyenne depuis 2008.
  • Pour la première fois, les recherches Internet sur mobile ont dépassé les recherches sur desktop.
  • Les ventes du e-commerce ont atteint les 1 300 milliards de dollars dans le monde en 2013.

Aujourd’hui, les clients exigent une expérience d’achat « avec service complet ». Une question se pose inévitablement : comment les entreprises peuvent-elles émettre au mieux un message personnalisé sur des canaux multiples pour faire augmenter les conversions ? La réponse peut être trouvée dans ces tendances du e-commerce et du commerce au détail qui devraient prendre corps au cours de l’année à venir.

1. Le big data facilite le commerce au détail

Aujourd’hui, les consommateurs ne se contentent pas de réaliser des achats : ils interagissent avec les détaillants. Cette interaction se manifeste certes en dollars, mais elle comprend aussi les données personnelles que l’acheteur fournit par ses habitudes, ses préférences, ses « j’aime » et ses tweets. Chaque clic de souris, chaque pression sur un écran tactile génère des données qu’il est possible de traiter sous forme géométrique et que les marketeurs peuvent utiliser pour cibler leurs campagnes.

Selon le McKinsey Global Institute, les détaillants qui intègrent une stratégie big data peuvent augmenter leur marge opérationnelle jusqu’à 60 %. Mais où orienter ces nouvelles informations ? La prochaine tendance du e-commerce pourrait bien vous fournir la réponse.

2. Le mobile domine tous les autres médias

Nous le savons tous : le mobile tient une place de plus en plus importante dans le commerce au détail. Mais certains chiffres méritent qu’on s’y attarde. Par exemple, le commerce sur smartphone a entraîné 3 milliards de recettes en 2010 : pas mal pour une technologie qui était encore relativement jeune. Maintenant, songez aux prévisions annonçant 31 milliards de dollars d’achats réalisés via smartphone en 2017 et vous aurez une idée de l’incroyable potentiel de ces petits appareils.

Les détaillants capables de mettre à profit le pouvoir des réseaux sociaux pour identifier les comportements d’achat mobiles grâce au big data ont un avenir prospère devant eux. Les autres resteront sur la touche. Les marketeurs qui se demandent de quelle manière les réseaux sociaux entrent en jeu doivent garder à l’esprit une vérité fondamentale du commerce au détail moderne:

3. La fusion de l’achat et du social

Au moment même où vous lisez ces lignes, des armées de marketeurs influents disséminent des informations produits sur de nombreuses plateformes de médias sociaux... et des millions de consommateurs y prêtent attention. En effet, selon les statistiques, 92 % des consommateurs font plus confiance aux recommandations de leurs pairs qu’aux campagnes publicitaires traditionnelles. Même les consommateurs qui ne suivent pas les influenceurs partagent leurs achats récents sur des sites tels que Facebook, Twitter et Instagram, et créent ainsi un cycle où les médias sociaux façonnent les décisions d’achat. Le consommateur se mobilise et participe activement à ce cycle. Par exemple, 70 % des consommateurs font désormais une recherche Internet sur un produit avant de prendre leur décision d’achat.

Cela signifie que les détaillants ne peuvent plus attendre passivement qu’une stratégie marketing donnée prenne pied et entraîne un bouche-à-oreille positif. Ils doivent se mobiliser, orienter la conversation et fournir les informations produits directement au consommateur.

De ce point de vue, attendez-vous à ce que le marketing d’influence continue à croître en 2016. De même, le fait de mobiliser les publics cible par le biais des commentaires et des notations clients, partagés via les réseaux sociaux, constituera une stratégie gagnante pendant l’année à venir. Mais ceux qui veulent vraiment orienter la conversation doivent cibler le public qui donne le ton grâce à son vigoureux pouvoir d’achat.

4. Les enfants du millénaire ont les rênes en main

C’est une histoire vieille comme le monde : au fur et à mesure qu’une génération vieillit, la suivante la remplace en devenant le pouvoir de consommation dominant d’une époque donnée. En 2016, tout comme en 2017, les enfants du millénaire, généralement nés entre 1978 et 1995, disposeront de plus de pouvoir d’achat que n’importe quelle autre génération. Pensez-y : les membres de ce groupe dépendent des smartphones et sont connectés aux réseaux sociaux pratiquement toute la journée, sept jours sur sept. Les entreprises disposent donc d’un canal direct et ouvert pour communiquer avec leur public cible à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Mais n’oubliez pas : les enfants du millénaire ne réagissent pas au marketing du passé. Cette nouvelle génération est plus avertie et fait moins confiance aux campagnes publicitaires traditionnelles (les bons vieux spots télé de 30 secondes ne suffiront plus !). Ils font plus confiance à leurs pairs qu’aux marques, aux influenceurs qu’aux célébrités. Ils demandent une expérience d’achat personnalisée reflétant les tendances du commerce au détail et le bouche-à-oreille positif. En outre, ils veulent que les détaillants soient conscients des questions sociales et géopolitiques d’aujourd’hui.

Un sacré challenge ! Mais si les entreprises veulent atteindre cette cible démographique, elles doivent proposer un message ciblé basé sur le comportement d’achat passé, mobiliser les réseaux sociaux et promouvoir des produits et des services vertueux du point de vue social. D’ailleurs, en parlant d’expériences d’achats personnalisées...

5. Le dénominateur commun : « personnalisation » 

À l’époque de « l’Internet des objets », où, des voitures aux toilettes, tout devient « smart », il est logique que le monde du commerce au détail soit également concerné. Les entreprises qui essaient de comprendre comment proposer l’expérience d’achat personnalisée et « smart » recherchée par les enfants du millénaire trouveront la réponse dans les technologies proposant une personnalisation basée sur les besoins réels des consommateurs.

La vente assistée est justement l’une de ces technologies, raison pour laquelle elle sera essentielle à l’e-commerce en 2016. Les meilleures solutions de vente assistée utilisent le concept de personnalisation basée sur les besoins afin que le choix du produit le plus adapté soit le plus simple possible pour différents types de consommateurs, quels que soient leurs connaissances préalables dans un certain domaine, leur emplacement ou l’appareil utilisé.

Ces solutions centrées sur le client sont à même de maximiser l’efficacité des ventes et de garantir une augmentation des taux de conversion très efficacement. Elles présentent des produits et/ou des services, éduquent les acheteurs, intègrent un catalogue de données exhaustif, sont intuitives, faciles à utiliser et mises en avant sur le site, incluent les données offline, comme l’expérience en magasin, pour renforcer les profils client et recommandent « intelligemment » des produits et/ou des services dont les acheteurs ont réellement besoin ou qui les intéressent vraiment.

En définitive, toutes les tendances du e-commerce et du commerce au détail présentées ci-dessus soulignent à quel point il est crucial de faire passer le marketing au stade omnicanal. De fait, la frontière entre achat en magasin et achat mobile est de plus en plus floue et devrait le devenir encore plus dans l’année à venir. Par conséquent, l’objectif des détaillants pour 2016 consiste à fournir aux consommateurs une expérience d’achat fluide et basée sur leurs besoins par le biais de canaux multiples.

Pour conclure

Le monde de l’e-commence évolue constamment, alors pensez à rester attentifs aux évolutions les plus intéressantes de l’e-commerce en 2016 et au-delà. Vous pourriez bien réaliser quelques économies ou faire passer votre activité en ligne à la vitesse supérieure. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des demandes à ce sujet.